Profiter du coup de pouce fiscal sur les FIP et FCPI

Posté le : 01/12/2020

Les FIP et les FCPI sont particulièrement attractifs cette année, car - pour soutenir les PME - les Pouvoirs Publics ont augmenté le taux de réduction de 18 % à 25 %, et cela, uniquement jusqu’au 31 décembre 2020.

Dans les deux cas, les tickets d’investissement permettent d’optimiser précisément si nécessaire le plafond des niches fiscales. La réforme touche à la fois les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI), les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) ainsi que les FIP dédiés à la Corse et à l’Outre-mer. Pour ces derniers, le taux de réduction d’impôt pour les investissements réalisés via les FIP Corse et FIP Outre-mer va s’établir à 30 % maximum (contre 38 % actuellement). Attention, les taux de 25 et 30 % évoqués ci-dessus représentent la réduction d’impôt maximale pouvant être obtenue. La loi prévoit que ces taux s’appliquent à la proportion d’investissement réel dans les PME proposée par chaque fonds. Cette proportion doit se situer entre 70 et 100 %.

Les taux maxi de 25 et 30 % s’appliquent aux fonds investis intégralement dans des entreprises. Si un fonds n’est investi qu’au seuil minimal de 70 %, la réduction d’impôt réelle pour le souscripteur se situera alors à 17,5 et 21 % du montant investi respectivement. Pour un FIP Outre-Mer investis à 90 % en entreprise, la réduction est donc de 27 %. Si les taux de réduction d’impôt sont variables, les plafonds d’investissement (24 000 euros pour un couple soumis à imposition commune, 12 000 euros pour une personne seule) ne bougent pas.

Le montant maximal d’une réduction d’impôt s’établira ainsi à 6 000 euros pour un couple (3 000 euros pour une personne seule) pour un investissement en FIP/FCPI, contre 4 320 et 2 160 euros respectivement avec le taux actuel de 18 % ; 7 200 euros pour un couple (3 600 euros pour une personne seule) pour les FIP Corse et Outre-mer, contre 9 120 et 4 560 euros respectivement avec le taux actuel de 38 %.

Ces avantages fiscaux restent soumis au plafonnement des niches fiscales à 10 000 euros par an et par foyer.